Le Kink de la semaine – Katawa Shoujo

Si vous êtes fans de Visual Novels, vous avez sûrement dû tomber sur Katawa Shoujo à un moment ou à un autre. Vous aurez même pu penser qu’il a été développé par un studio japonais professionnel. Mais la vérité est un peu différente.

 

Pour faire court, quelqu’un a posté un dessin sur un forum. Un utilisateur a répondu : “Tiens, ce serait pas marrant si on en faisait un jeu ?” Et les gens du forum ont bien fini par en faire un jeu complet, juste pour le plaisir.

 

La version longue de l’histoire est assez intéressante. En 2007, quelqu’un a posté un dessin sur le forum anime & manga de 4chan. L’idée d’en faire un jeu est passée de la blague au concret, des forums de développement ont été créés et des centaines de personnes ont écrit des histoires, conçu des illustrations et ont apporté des idées. Si vous voulez connaître toute l’histoire, le site web en donne un meilleur aperçu. Vous pouvez aussi consulter les forums de développement, c’est un vrai bonheur à lire.

 

Le dessin original qui a déclenché le processus :

 

 

On pourrait s’attendre à ce qu’une telle entreprise ne soit qu’un dépotoir à idées. Mais à la place, on a eu droit à un visual novel tout ce qu’il y a de plus convenable, semblable à un véritable projet de studio Triple A. Les visuels sont superbes, l’histoire est inspirante et les personnages sont étonnamment profonds et “réels”.

 

Côté histoire, vous incarnez un étudiant dont le cœur a failli lâcher, et qui découvre qu’il souffre d’une infirmité. Vous êtes donc envoyé dans une école pour enfants handicapés. Vous y rencontrez un groupe de filles, dont chacune souffre d’un problème différent. Vous y apprenez à aller de l’avant et à vivre votre vie à fond. C’est à peu près tout – le reste de l’histoire se concentre sur les personnages.

 

Le jeu comporte de nombreux points positifs. Les filles sont intéressantes, diverses, et chacune possède un caractère en lien avec son handicap : la fille sans jambes est sportive, la fille sans bras est créative. En choisissant celle dont vous suivrez l’histoire, vous ne choisissez pas simplement celle que vous préférez, mais aussi une voie à suivre dans votre vie. Les choix sont parfois contre-intuitifs, mais vous aurez le sentiment de faire un véritable voyage plutôt que de suivre une route toute tracée. C’est l’un des points forts du jeu : sa manière de lier votre romance à votre vie. Un équilibre subtil que peu de visual novels parviennent à atteindre.

 

 

 

Pour peu que vous vous impliquiez dans l’histoire, vous aurez droit à de nombreux moments touchants avec chaque fille, le jeu proposant un fort impact émotionnel. Oui, il y a des passages où vous ou la fille serez submergés par votre handicap et par la mauvaise fortune, mais ils sont là pour vous forcer à progresser afin d’accepter votre nouvelle vie. Il y a beaucoup d’humour, qui va du subtil et brillant (comme remarquer Misha en train de rire sournoisement quand vous proposez une orgie alors que tout le monde semble horrifié) aux petites blagues de 4chan qui tombent à plat. Le ton est léger, l’histoire ne devient jamais trop pesante et les romances restent très innocentes. Les scènes de sexe ressemblent vraiment à des romances de lycée, en bien comme en mal. Le jeu se montre parfois admirable en terme artistique, ses illustrations transpirant l’amour et la passion.

 

 

Mais en y regardant de plus près, Katawa Shoujo a aussi de nombreux points négatifs. On pouvait s’y attendre de la part d’un tel projet collectif. Même si l’histoire parvient à éviter de fétichiser les handicaps des filles, elle a tendance à traîner en longueur. Peu importe votre niveau d’immersion, vous allez passer certains moments en cliquant sur “Skip”. Les scènes de sexe sont parfaitement cohérentes avec l’ambiance, mais elles peuvent se révéler assez étranges et peu érotiques (à quelques exceptions près). Le fait que les dessins soient de grande qualité n’arrange rien, car on remarque plus facilement la baisse de qualité dans certaines scènes de sexe.

 

Il n’est pas facile de critiquer ce projet comme on le ferait pour un visual novel développé par des professionnels, puisqu’il part sur la base d’une blague. En creusant dans les forums de sa conception, vous aurez l’impression que les créateurs ne se souciaient pas de ce que les gens en penseraient. Ils ont juste pris du bon temps à créer un projet par pure passion, et le résultat est bien supérieur à ce que cela aurait dû donner.

 

 

 

Et puis, après tout, Katawa Shoujo entièrement gratuit. Vous pouvez le télécharger sur le site.

 

TL;DR

 

Jouer ou ne pas jouer ?

 

Jouer si :

 

  • Vous voulez un jeu léger, joyeux, avec quelques moments doux-amers.
  • Vous voulez une histoire sur le passage à l’âge adulte.
  • Vous voulez découvrir un projet unique, à l’histoire fascinante qui résume l’essence chaotique de ce qu’est l’Internet.
  • Vous aimez ce style artistique.
  • Vous aimez les histoires au cadre réaliste.
  • Vous ne voulez pas d’aspects fétichistes (et que vous ne voyez pas les handicaps comme de potentiels fétiches), graveleux, abusivement pornos et centrés sur le sexe.

 

Ne pas jouer si :

 

  • Vous vous focalisez sur les scènes de sexe (sûrement le pire aspect du jeu).
  • Vous ne pouvez pas vous empêcher de fantasmer et fétichiser les filles handicapées.
  • Vous ne voulez pas voir de jeunes filles d’âge limite (vous pouvez essayer de les éviter, mais elles sont là).
  • Vous n’aimez pas les textes qui traînent en longueur et n’aimez pas passer en accéléré.
  • Vous jugez les choses trop en détail – Katawa Shoujo est globalement génial, mais il n’est pas fignolé dans chaque recoin.
 
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Neven

Neven

Gourou du blog, résident Kinkster, gamer, ange bisexuel.

Avez-vous
plus de 18 ans ?