Yareel – Les MMO axés sexe sont-ils l’avenir du gaming adulte ?

Alors que nous parcourions les Internets à la recherche de jeux NSFW (comme d’hab’ quoi), nous sommes tombés sur un jeu génial avec beaucoup de potentiel. Yareel est un jeu adulte axé sur le dating dans lequel vous créez votre avatar, lui assignez un genre et une orientation sexuelle, personnalisez son apparence et ses kinks, et pénétrez dans un joli petit monde de bars, de flirts, de coups d’un soir et de fun. Le fun étant ce sur quoi le jeu se focalise.

 

Yareel est un jeu free-to-play qui ne vous harcèle pas avec des achats intégrés et qui vous laisse vous amuser sans débourser le moindre sou.

Le jeu vous permet d’entrevoir assez largement ce à quoi vous aurez droit avant de vous demander de créer un compte et de fournir vos informations personnelles, ce qui est assez rare dans le gaming NSFW de nos jours.

En créant un compte, vous savez donc dans quoi vous mettez les pieds et c’est globalement très sympa.

 

Le style artistique en 3D de Yareel est un peu cartoon : les développeurs ont probablement vu pas mal de photos de webcomics 3D du début des années 2000 et semblent avoir tiré leur inspiration des Sims – mais le rendu est plus qu’acceptable. Votre avatar a l’air suffisamment humain, sexy et partant pour du Netflix and chill.

Un aspect admirable du jeu, mais aussi l’une de ses limites, est qu’il vous permet de sélectionner votre orientation sexuelle : hétéro, bi ou gay. La limite vient du fait que cela vous exclut de pas mal d’expériences si vous choisissez hétéro ou gay. Les personnages bisexuels sont clairement ceux qui s’amusent le plus. Cette fonctionnalité, au demeurant très cool, vous écarte de certains fantasmes (être un homme hétéro et souhaitant se taper une lesbienne ou inversement, être un homme gay qui meurt d’envie de se faire dominer par un hétéro). On a là une mécanique très progressiste et amusante, mais en jouant avec mon avatar masculin, j’ai perdu pas mal de temps à courtiser des mecs hétéros tout ça pour me rendre compte que je ne pouvais pas les ramener dans ma chambre pour un plan à 4 mecs gays. À l’inverse, j’ai essayé d’incarner un avatar féminin bisexuel et j’ai reçu beaucoup d’attention et quelques cadeaux d’amis gentlemen qui semblaient très intéressés par ma personnalité.

Techniquement, Yareel est un MMO, puisque toutes les interactions se déroulent en temps réel avec de vrais joueurs. Imaginez un live chat adulte où vous pouvez pécho vos partenaires de discussion. Le jeu offre une solide base de fantasmes grâce aux avatars et aux divers lieux de sexe, mais le top, c’est quand vous vous retrouvez avec un partenaire qui parle beaucoup, qui vous encourage à tester de nouveaux trucs, qui vous assure qu’il sera doux et que votre vagin/cul est bon et bien serré. La connexion qui se crée dans ces moments de vulnérabilité et d’excitation est quelque chose de très appréciable dans ce jeu.

 

Comme tous les autres jeux actuels, Yareel est monétisé. La monétisation est généralement discrète vu que vous n’avez pas besoin de dépenser quoi que ce soit pour jouer. Mais si vous ne dépensez rien ou n’avez pas pour objectif de poncer les missions quotidiennes, vous n’aurez qu’une Jane ou un John assez basique qui n’aura rien de spécial. La monétisation se fait sous forme d’abonnement VIP qui débloque les meilleurs vêtements et les meilleures positions… Oui, vous avez bien lu, des positions. Vous commencez avec 1 position de baiser gratuite et deux positions de fellation gratuites. Le reste, il vous faudra l’acheter. C’était d’ailleurs un moment assez étrange quand mon premier partenaire sexuel m’a demandé de le baiser et de découvrir que je n’avais pas acheté cette position. J’ai rapidement admis que je n’avais pas encore celle-là et il s’est déconnecté. Merci pour ce moment, Yareel.

Après quelques quêtes et déblocages de succès, j’ai pu acheter à mon avatar les positions nécessaires pour plaire à la plupart des partenaires. Et le jeu s’est très bien passé. Ce furent plusieurs heures bien dépensées.

 

Le principe de Yareel nous a fait réfléchir : est-ce qu’un MMO entièrement orienté sexe pourrait être le futur du gaming adulte ? Il y a beaucoup de choses réussies dans Yareel et il a beaucoup de potentiel, mais là n’est pas la question. Imaginez tout un univers rempli de PNJ homogènes, des quêtes, différentes zones, des classes (dominateur, coquin, traditionaliste, serviable), des orientations sexuelles et des genres personnalisés.

Une histoire profonde et intéressante qui vous décrit ce monde dans ses grandes lignes mais où vous écrivez vous-même votre histoire, en séduisant à la fois PNJ et joueurs, en participant aux événements d’orgies mondiales. Des quêtes qui vous demandent de séduire et d’acquérir divers sextoys à ajouter à votre inventaire. Un système d’échelle de puissance, où vous avez réellement besoin d’être un pervers expérimenté pour vous occuper des PNJ d’élite et un end-game avec des événements réguliers et une course pour devenir le dieu du sexe. Imaginez !

Mais un tel jeu n’est pour l’instant qu’un rêve. L’industrie vidéoludique n’a globalement pas les couilles virtuelles d’aller aussi loin. Peut-être qu’un jour nous verrons quelque chose de cet acabit, car ça aurait clairement le potentiel de tuer tous les autres MMO. Mais attendant, il y a Yareel. <3

 

 
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Neven

Neven

Gourou du blog, résident Kinkster, gamer, ange bisexuel.

Avez-vous
plus de 18 ans ?